La femme en Islam

 

                                                  La femme en Islam

 

Le Coran énonce clairement que les hommes et les femmes sont de même nature spirituelle et humaine. Ils ont tous les deux reçu le “souffle divin”.

 

Les hommes et les femmes sont égaux devant la loi et les tribunaux. Ils ont des devoirs et des responsabilités comparables et les deux font face aux conséquences de leurs décisions et de leurs actions morales. Le Coran indique clairement que la seule base de supériorité est la piété et la droiture, non le genre, la race, la couleur ou la richesse.

La loi islamique sauvegarde les droits des femmes avant et après le mariage. La femme est financièrement plus sécurisée que l’homme. Elle a droit au plein montant de sa dot. Toutes ses propriétés présentes ou futures sont exclusivement à elle et a un revenu pour sa propre sécurité. Sans tenir compte de sa richesse personnelle, elle a droit à toute l’aide financière avant, pendant et après le mariage, y compris la « période d’attente » en cas de divorce. Cette aide garantie à toutes les étapes de sa vie, constitue des avantages financiers sur les hommes, équilibrés partiellement par la moindre part d’héritage qui lui revient. La femme dispose seule de l’usufruit de son travail éventuel, tandis que l’homme a le devoir d’entretenir son foyer et de subvenir aux besoins de la famille.

La loi Islamique a favorisé la femme quant au côté social. En fait, le Coran blâme l’attitude de certains parents qui tendent à favoriser leurs fils. Il prescrit le devoir d'user de gentillesse et de justice envers les filles. L’éducation des filles n’est pas seulement un droit mais un devoir pour tous les musulmans, hommes et femmes. L’Islam ne reconnaît pas le mariage sans le consentement mutuel des deux futurs époux. Une fille a pleinement le droit d’accepter ou de rejeter des propositions de mariage.

L’Islam a permis la polygamie mais la restreint.  En tant qu’épouse, une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.
 
La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

Le Coran est clair sur le fait que l’esprit de consultation et de gentillesse doit régner entre les époux. Le prophète Mohammad (Paix et Bénédiction Sur Lui) a dit : “Le plus parfait des croyants est celui qui a la meilleure conduite. Les meilleurs d’entre vous sont ceux qui sont les meilleurs avec leurs femmes“ Hadith .

Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et psychologiques, différentes et complémentaires mais également importantes. Ce qui mène à avoir des rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la famille.

Le Coran prescrit la gentillesse envers la femme, qu’elle soit épouse, mère ou soeur dans la foi. Le Prophète a recommandé la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères

                                                                                                                                    

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site